Josée Hansen – Letzebuerger Land(Luxembourg)

« … Outre la qualité des acteurs et de la mise en scène, Doudege Wénkel est surtout un plaisir esthétique : il y a des images absolument époustouflantes tournées en seize millimètres pour leur grain et leur côté un peu sale (directeur de la photographie : Jako Raybaut), comme un film d’enfance qu’on voit à travers un très gros plan sur la pupille d’un œil, ou encore les nombreuses images nocturnes sous la pluie, si tristes qu’on a envie de se mettre une balle dans la tête. La course poursuite à pied à travers la grand-rue, tournée en décors naturels avec trois caméras, et qui s’achève sur une bagarre dans le rayon   nourriture pour chats de la ménagerie de Josy Welter est déjà un moment d’anthologie du cinéma luxembourgeois. Et puis, le montage (chef monteur : Jean-Luc Simon) est fin, intelligent, et la musique composée par André Mergenthaler, avec des bouts de Sun Glitters, très juste pour en faire un des films esthétiquement les plus aboutis dans ce genre de cinéma jamais tourné par un réalisateur luxembourgeois. »